Les prochaines conférences

16 janvier 2016 : De la vérité historique à l’imagination romanesque : le Congo des années 60. Présentation du roman « Les pèlerins de la saison sèche », par Jean-Pierre Delhaye, historien, membre du bureau du Cercle.

Quels sont les liens entre l’histoire et la littérature d’imagination ? L’antinomie entre histoire et roman n’est qu’apparente comme le constatait déjà l’historien français Pierre Guiral en 1969. L’histoire de l’ancien Congo belge est mal connue du grand public. L’imagerie populaire ne retient généralement de cette histoire que l’oeuvre civilisatrice du colonisateur qui apportait aux pauvres Noirs les bienfaits de la civilisation européenne. Aujourd’hui le régime colonial est vilipendé. Le roi Léopold II « coupeur de mains » est accusé de « génocide ». Le professeur Jean Stengers, grand spécialiste de l’histoire coloniale notait avec humour : « La colonisation, ce n’est ni Auschwitz ni Saint François d’Assise ».

Le roman plonge le lecteur dans la société dictatoriale du dinosaure Mobutu, à la fin des années 60. La misère et la maladie rongent le peuple du Kwilu qui supporte déjà la rébellion « muléliste » et la répression « mobustiste ». L’intrigue romanesque pose plusieurs questions liées au racisme : l’acculturation, la ségrégation et l’apartheid, les unions entre Hommes blancs et Femmes noires.

20 février 2016 : La dénonciation institutionnalisée : les franches vérités en Tournaisis, XIVe-XVIIIe siècles, par Florian Mariage, docteur en histoire.

Les pratiques et institutions judiciaires qui encadrent la vie rurale sous l’Ancien Régime présentent une grande diversité.

En Tournaisis, au sein d’une même seigneurie, il existe une pluralité de modes opératoires, répartis selon un rythme et un calendrier particuliers : plaids ordinaires « communs », assises ou plaids généraux et, c’est ce qui me retiendra ici, franches vérités.

Ces franches vérités constituent un outil très singulier au service de la justice seigneuriale, exercé par les institutions ordinaires mais selon un mode spécifique, car fondé sur la dénonciation obligatoire. Cette pratique se rencontre à la fin du Moyen Âge à l’extrémité septentrionale du royaume de France et, notamment en Tournaisis, cette petite province rassemblant une cinquantaine de villages – environ 200km2 – coincée entre Flandre et Hainaut entre le XIVe et le début du XVIIIe siècle.

19 mars 2016 : Sept siècles avec les moines de Liessies, 1095-1791, par Yves Briche

L’abbaye de Liessies avait, depuis l’an 1115, des liens et des intérêts importants à Ath où elle avait une prévôté. Le conférencier évoquera l’histoire de cette abbaye bénédictine et des principaux abbés qui l’on gouvernée.

Trois périodes seront abordées : la fondation, le rayonnement avec Louis de Blois et ses successeurs, la disparition à la Révolution. Des portraits, anecdotes, faits divers… feront découvrir la vie quotidienne des moines. Cette présentation « illustrée » devrait plaire aux amateurs d’histoire régionale.

Publicités
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.