Prochaines conférences : 16 décembre 2017 et 20 janvier 2018

Le samedi 16 décembre 2017 à 15 h :

«Les campements militaires de Frameries, 16e-18e siècle. Une archéologie des pratiques militaires aux portes de Mons»,

par Marceline DENIS, archéologue au Service de l’Archéologie SPW-Hainaut I

Depuis quelques années, les découvertes concernant des vestiges de campements militaires se multiplient en Europe. Souvent isolées, rarement exploitées et publiées, ces données livrent enfin un témoignage matériel des campagnes militaires et des sièges qui marquèrent nos territoires frontaliers. Au départ des découvertes réalisées par le Service public de Wallonie à Frameries en 2012, 2015 et 2016, cette conférence confrontera les découvertes hennuyères avec celles des régions limitrophes et tentera de faire le point sur cette discipline en développement.

Le samedi 20 janvier 2018 à 15 h :

« Malcontents » et Alexandre Farnèse (1578-1581) : le Hainaut fer de lance d’une pacification politique et religieuse ?

par Jean-Marie CAUCHIES, professeur émérite de l’Université Saint-Louis – Bruxelles et de l’U.C.L., membre de l’Académie royale de Belgique

Dans l’ultime phase de la « révolution des Pays-Bas », c’est-à-dire de la révolte contre la monarchie espagnole dans le dernier tiers du XVIe siècle, le Hainaut constitue un terrain d’observation privilégié. Au cours des années 1578-1581, plusieurs provinces, en effet, choisissent de se réconcilier avec le roi Philippe II, souverain « naturel », quoique contesté, et ce en raison de l’attitude ambiguë des États généraux, des intrigues de Guillaume d’Orange (le Taciturne), chef de file de l’opposition, et de l’intransigeance des républiques communales calvinistes imposées dans plusieurs villes de Flandre et de Brabant. Le Hainaut joue un rôle moteur dans l’évolution des « partis » en présence. L’enjeu est de taille : concilier ouverture religieuse, loyauté monarchique et défense des « libertés » du pays. Une prise de position nouvelle se fait jour dans ce sens : celle des « Malcontents ». Un habile diplomate entre en scène : le gouverneur général Farnèse, neveu du roi. Et Mons va abriter dans ses murs, pendant plus d’une année, le gouvernement légal des Pays-Bas…

Publicités
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.