Arbre

Arbre (arbe) : « Arbra », hydronime, bras de la Dendre qui arrose le village.

Arbres_2  sceauArbre

Le 26 septembre 1585, un octroi autorise Philippe Franeau, seigneur d’Hyon et d’Arbre et Attre, à faire pour cette dernière seigneurie un sceau à ses armes.

Arbre : écu parti, à dextre, une licorne et une bordure engrêlée à senestre, un chevron accompagné en chef de deux têtes de lion affrontées et en pointe d’un membre d’aigle

Situé sur la Dendre orientale, le village rural d’Arbre appartient à une famille seigneuriale du même nom au XIIIe siècle.  Sous l’Ancien Régime, ce village et Attre (actuellement entité de Brugelette) ne forment qu’une seule communauté.  Sur le plan paroissial, Maffle est une succursale de l’église d’Arbre.  Les trois villages sont séparés en 1803.Vers 1995, les fouilles préalables à l’aménagement du T.G.V. font apparaître à Arbre des signes d’une occupation proto-historique et gallo-romaine autour du site Piéman.

A côté d’une église néo-classique construite en 1835, la place est tracée à l’emplacement des jardins de l’ancien château.  L’activité agricole est la principale du village.  Vers 1880, un siège d’extraction de la pierre et de la taille de pavés est actif au lieu dit la Bosse Piéman, un site aujourd’hui perturbé par le passage du T.G.V..  Arbre est la première commune de Belgique à avoir conduit à terme le remembrement rural en mars 1963.

Le Train à Grande Vitesse traverse le village.  Ouvrage d’art européen monumental, un très grand viaduc assure une implantation spectaculaire à cette voie rapide.

 

Superficie : 315 ha

Hameaux : Petit Chièvres, Ponchaux

Hydrographie : Dendre, rieu de la Presse (aussi appelé rieu du Bucq)

Eglise : Saint-Jean-Baptiste

Monuments et petit patrimoine : ancien presbytère, tannerie, pont et fouilles du TGV,

Bosse Piéman, chapelles Saint-Joseph et Notre Dame de Bonne Assistance.

Publicités