Ghislenghien

Ghislenghien (Guilingui) : germanique Giaslinga haim, «habitation de Gisalo».

Ghislenghien_2  sceauGhislenghien

Le scel échevinal de Ghislenghien est évidemment celui de l’abbaye des Nobles Dames bénédictines du village.

Ghislenghien : écu à deux poissons posés en pal, la tête tournée à dextre d’azur d’or

Des vestiges de villas gallo-romaines ont été découverts à Ghislenghien.  Sous l’Ancien Régime, l’histoire du village se confond avec celle de l’abbaye bénédictine des nobles femmes qui y est fondée en 1126 par Ide de Chièvres et Ide d’Ath.  Le patrimoine foncier de cette institution s’élevait à un millier d’hectares, dont la moitié dans le village.  En 1792, le général Dumouriez y établit son quartier général après la bataille de Jemappes.  Vers 1906, les plans de l’architecte Dosveld servent à l’édification de la nouvelle église de style néo-gothique.

L’activité du village est essentiellement agricole ; les activités artisanales y étaient basées sur la toile, la céramique et la pannerie.  La laiterie Syllac a fourni un moment 55 emplois.  Depuis 1970, le parc industriel Meslin-l’Evêque/Ghislenghien maintient et introduit sur le territoire une activité appréciable en expansion aux abords de la commune.

 

Superficie : 618 ha

Hameaux : chaussées de Bruxelles et de Lessines, Mazarins, Brimborion

Hydrographie : Sille, Buissenal, rieu du Boulky

Eglise : Saint-Jean-l’Evangéliste

Monuments et petit patrimoine : vestiges de la basse-cour de l’abbaye, zone industrielle, ancienne laiterie, chapelles dite de « Grand Denis », dédiée à la Vierge (sentier des Passants) et Notre Dame de la Délivrance (sentier des Passants).

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités