Houtaing

Houtaing (outin) : germanique hulta “bois” et haima “habitation”

Houtaing_2 sceauHoutaing

Le scel échevinal possède deux parties.  La première représente les armes de la famille de Ligne et l’autre les armes du village.

Houtaing : deux écus géminés, 1° écartelé : aux 1er et 4e, une bande ; aux 2e et 3e, une fasce ; timbré d’une couronne de prince ; 2° neuf besants. Entre les deux écus, saint Quirin, armé de toutes pièces et tenant de la main droite une bannière à cinq besants.

En 847, Houtaing est cité parmi les biens de l’abbaye de Saint-Amand.  Après les Princes de Ligne, le fief de la Berlière passe entre différentes mains jusqu’aux Comtes d’Oultremont de 1845 à 1912.  Acquis par des familles bourgeoises, le domaine est acheté par les pères Joséphites qui y installent une école secondaire.

Le château actuel est de style néo-classique (1834-35), entouré d’un parc et dépendances ; le site est classé depuis 1977 et le château depuis 1994.

En 1894, Adhémar d’Oultremont élève un mausolée néo-gothique dédié à son épouse Clémentine, née de Croÿ, à côté de l’Hospice Saint-Clément desservi par les les Sœurs de la Charité de Bonne Espérance.  Plusieurs membres de cette famille y reposent dans la crypte.  Le mausolée et ses abords sont classés depuis 1993 comme monument exceptionnel.

Reconstruite en 1789, l’église est un lieu de pèlerinage en l’honneur de Saint-Quirin, dont les reliques lui auraient été données au milieu du IXe siècle par le compte Gérard de Roussillon.  Les pélerins qui la fréquentent sont désireux de guérir de la cécité et des maladies de la peau.

 

Superficie : 452 ha

Hydrographie : rieu de Verionplanque

Eglise : Saint-Quirin

Monuments et petit patrimoine : refuge Saint-Clément et mausolée, château

Publicités