Ligne

Ligne (lin) : latin linea, «ligne» (désignant sans doute la chaussée romaine Bavay-Gand qui passe à Ligne).

Ligne_2   sceauLigne

Berceau de la famille du même nom, Ligne portait les armoiries de cette maison.

Ligne : deux écus géminés. Le 1er, écartelé : aux 1er et 4e, une bande; aux 2e et 3e, une fasce. Le 2e, une bande. Entre les deux écus, une Vierge d’or à une bande de gueules

 

La plus grande gloire de la localité est d’avoir donné son nom à l’une des plus illustres familles de la noblesse belge.  Leur château est cité en 1020 ; Ligne est érigé en baronnie en 1180 ; les Ligne reçoivent le titre de comte en 1545 et de prince en 1601.  Cependant, dès le Moyen Age, leur résidence principale est Beloeil.

L’église de Ligne est reconstruite en 1873-1874 en style néo-roman en briques et grés de Grandglise avec soubassement en pierres de Tournai.

En parallèle aux ressources agricoles, des activités industrielles rurales vont animer le village aux XIXe et XXe siècles : une sucrerie (1838), une tuilerie (1900), une briquetterie, faîencerie, brasserie et une scierie (1937).  En 1947, tout cela a disparu.  Le village conserve quelques fermes anciennes des XVIIIe et XIXe siècles.

 

Superficie : 540 ha

Hameaux : la chaussée, Brocq, Foucaumont, Saint-Antoine, le Douaire, le Mahieu, les bois, le Chat, Picolombe, la ruelle, l’Epinette, Tat, le Maillet, Vieux-Pont

Hydrographie : Dendre, rieu de la Fontaine Saint-Pierre, rieu Saint-Jean, Tardin, rieu de la Fontaine

Eglise : Notre-Dame de la Visitation

 

Publicités