Ath et ses villages

Par la loi de 1976, dix-huit communes sont rattachées à la Ville d’Ath.  Jusqu’à présent ces communes n’ont pas encore toutes fait l’objet de travaux écrits d’envergure.  Des périodiques comme les bulletins du Cercle royal d’Histoire et d’Archéologie d’Ath ou la Vie Wallonne ouvrent ou ont ouvert leurs colonnes à des articles ponctuels sur l’un ou l’autre sujet propre à chaque village.  En nombre restreint, des localités, comme Ghislenghien, ont fait l’objet d’un travail général de synthèse.

Les pages qui suivent se veulent une petite synthèse accompagnée de quelques données pratiques afin d’introduire les enseignants communaux à un aperçu succint de l’histoire des communes de l’entité d’Ath.

A la lecture de ces petits textes, des traits communs apparaissent.  D’une part, nos villages ont une activité à dominante agricole avec un complément dans le textile jusque la crise des années 1850.  Une part d’entr’eux ont eu une activité plus marquée, comme les carrières de Maffle ou les poteries à Rebaix.  Aujourd’hui, les villages restent agricoles dans une moindre mesure que précédemment, et augmentent depuis quelques années leur qualité de bourgs résidentiels.  D’autre part, ils conservent une architecture traditionnelle, marquée par un style hainuyer caractérisé par une alternance de briques et de pierres bleues.  De nombreuses fermes, églises et autres maisons sont encore les témoins des aménagements opérés au XVIIIe siècle et durant la première moitié du XIXe siècle.

ATTENTION : les vues anciennes que vous allez consulter appartiennent à des collectionneurs privés, qui ont aimablement prêté leur collection de cartes postales. Ces vues sont libres de droit : elles peuvent être imprimées, enregistrées, … . Néanmoins, il est interdit de les reproduire sur un autre site web sans demander l’autorisation (c’est la moindre des choses… !)

Publicités