Le dernier bulletin est sorti… : sur les origines de Mademoiselle Victoire

Sur les origines de Mademoiselle Victoire…

Le dernier Bulletin du Cercle royal d’Histoire et d’Archéologie d’Ath et de la région est entièrement consacré à la recherche d’Une ancêtre nouvelle pour « Mademoiselle Victoire ». Cette étude a été réalisée par Carl Deroux, professeur de latin à l’Université libre de Bruxelles et spécialiste de la religion romaine. Originaire de Basècles, cet érudit a été frappé par les ressemblances de la géante qui personnifie la Ville d’Ath avec la déesse Cybèle. Comme le souligne l’auteur, Cybèle était la mère des dieux, la protectrice des villes et des hommes, elle avait la tête couronnée de tours et était aussi porteuse des lauriers de la victoire. Les créateurs de la géante athoise connaissaient bien la religion romaine, aussi bien le Bourgmestre Nicolas Delescluse en 1793 que l’artiste Henri Hanneton en 1860. Carl Deroux illustre son article d’une vingtaine de documents d’époque romaine qui confirment les parentés entre les deux figures. Cet article démontre que les géants d’Ath sont le reflet des préoccupations de différentes époques et que leur création repose sur une importante base culturelle parfois venue du fond des âges.

Cette étude d’une trentaine de pages peut être obtenue à l’Office de Tourisme d’Ath ou aux Archives de la Ville. Elle sera envoyée contre virement de 8€ au compte BE41 068054813010 du Cercle royal d’Histoire et d’Archéologie d’Ath.

Publicités
Publié dans Publications

Excursion à Arras : petite modification

La participation est fixée à 75 euros pour les membres (conjoints et enfants assimilés) [85 euros pour les non-membres] ; elle comprend les entrées et visites dans les musées, le repas de midi et le transport en car.

Les personnes intéressées sont priées de nous retourner le bulletin d’inscription avant le 26 mai, dernier délai, et de verser le montant de leur participation sur le compte n° BE41 0680 5481 3010 du Cercle. Le nombre de places est limité à 25. Le 26 mai, s’il n’y a pas 15 inscriptions, l’excursion sera annulée.

 

Publié dans Excursions

Assemblée générale ce 29 avril

Convocation à l’assemblée générale du 29 avril 2017

L’assemblée générale de notre Cercle aura lieu le samedi 29 avril 2017 à 15 heures à la Maison des Géants (rue de Pintamont – 7800 ATH).

A l’ordre du jour :

  • Rapport d’activités 2016, par Jean-Pierre Ducastelle, Président
  • Rapport financier, par Willy Goossens, Trésorier
  • Rapport des vérificateurs aux comptes et décharge des administrateurs
  • Perspectives d’avenir, par Jean-Pierre Ducastelle

L’assemblée sera suivie de la conférence de M. Bavay.

Les Secrétaires,

Christian CANNUYER

Adrien DUPONT

Le Président,

Jean-Pierre DUCASTELLE

Publié dans Conférences

Le volume d’Annales est sorti !

annales couv 0 1

Voici la table des matières de ce volume LXV :

Emilie NISOLLE, Notre-dame de la Fontaine ? Vénérée à Chièvres.

Michel DELTENRE, Une création politique et un « point d’ancrage » flamand à Lessines : l’hôpital Notre-Dame à la Rose.

Michel DELTENRE, La violence seigneuriale au pays de Lessines au crépuscule du 13e siècle : les faits d’armes, les exactions, les cruautés et le châtiment de Robert d’Audenarde.

Dr Victor FIEVEZ (†), Paul CARTON (†) et Adrien DUPONT, Les diligences à Ath, au milieu du XIXe siècle, en particulier le service de messageries entre Ath et Jurbise.

Sébastien MORANCÉ, Joseph Hoyois, député et résistant.

Jean-Pierre DUCASTELLE, L’industrie du bois et du meuble à Ath, 19e et 20e siècles.

Le tome LXV de nos Annales est distribué gratuitement aux membres du Cercle en règle de cotisations pour les années 2015 et 2016. Il peut être retiré auprès du secrétariat du Cercle, au Archives de la Ville (16, boulevard du Château). Il sera aussi distribué lors de la prochaine séance du Cercle, le samedi 29 avril 2017.

Il est possible de l’envoyer par la poste moyennant paiement des frais de port : 5€ pour la Belgique et 8€ pour l’étranger.

Pour les non-membres, le volume est en vente au prix de 20 € (port non compris).

 

Publié dans Publications

Prochaine excursion : Arras

La prochaine excursion de notre Cercle d’histoire aura lieu le samedi 10 juin 2017 dans la région d’Arras.

PROGRAMME DE LA JOURNEE

8 h (précises) : départ du parking du Shoping Center (Match, chaussée de Bruxelles)

10h15 : visite guidée de l’architecture urbaine d’Arras

Au XVIème siècle, l’édit de Philippe II interdit de « bâtir dans la ville d’Arras, à moins que les murs ne soient faits de pierre ou de brique sans aucune saillie sur les rues ». Ces contraintes architecturales sont mises en place par mesure de sécurité mais aussi dans un souci d’embellissement. Elles ont donné naissance à un ensemble unique en Europe de 155 façades de style baroque flamand. Depuis le Moyen Age, l’histoire des places se confond avec celle de ses marchés. Le marché d’Arras est un rendez- vous coloré à ne pas manquer. Les odeurs alléchantes et les couleurs réveillent les papilles. Sur les étals sont présentés produits de bouche et du terroir. Se côtoient également des stands de bijoux, tissus, vêtements. Un marché haut en couleurs, un moment de convivialité à consommer sans modération. La balade se clôturera donc par une petite dégustation de produits régionaux.

12h15 : repas dans une brasserie du centre ville d’Arras

Affiche-Le-Nain_verticale_40X60_Sanspuzzle-450x675

14h30 : visite guidée de l’exposition «Le mystère Le Nain» au Louvre-Lens

Originaires de Laon, les frères Le Nain (Antoine, Louis et Mathieu) figurent parmi les artistes les plus talentueux du 17e siècle. Plusieurs de leurs tableaux sont devenus de véritables icônes de l’histoire de l’art. Pourtant leur attribution et leur signification restent souvent énigmatiques et constituent l’un des plus grands mystères de la peinture française. L’exposition reconstitue le puzzle du « mystère Le Nain » en enquêtant sur Louis le génie méconnu, Antoine le portraitiste et Mathieu l’ambitieux. Elle explore les archives historiques, retrouve des portraits cachés sous d’autres peintures et découvre les secrets de fabrication des frères Le Nain !

17h : départ pour le retour vers Ath

La participation est fixée à 100 euros pour les membres (conjoints et enfants assimilés) [110 euros pour les non-membres] ; elle comprend les entrées et visites dans les musées, le repas de midi et le transport en car.

Les personnes intéressées sont priées de nous retourner le bulletin d’inscription ci-joint avant le 26 mai, dernier délai, et de verser le montant de leur participation sur le compte n° BE41 0680 5481 3010 du Cercle. Le nombre de places est limité à 25. Le 26 mai, s’il n’y a pas 15 inscriptions, l’excursion sera annulée.

TALON REPONSE

EXCURSION DU SAMEDI 10 JUIN 2017

TALON REPONSE

A renvoyer avant le 26 mai

Au secrétariat du Cercle d’histoire, boulevard du château, 16, 7800 Ath

Je soussigné, ………………, participerai avec …. personne(s) à l’excursion à Arras organisée par le Cercle d’Histoire d’Ath le samedi 10 juin.

Je verse la somme de …. euros au compte BE41 0680 5481 3010 du CRHAA , avec la mention «excursion Arras».

Date :                                                                                                      Signature :

 

Publié dans Excursions

Conférence du mois de mai

Samedi 20 mai 2017 : «Ath et son paysage sonore sous l’ancien régime. Le cas de la paroisse de Saint-Julien», par Brigitte Van Wymeersch, Professeure à l’UCL et Responsable du Centre de recherche en Musicologie

La vie musicale de la paroisse Saint-Julien sous l’ancien régime a été relativement peu étudiée. Certes, de nombreux travaux ont été menés à propos de la ducasse, dans laquelle la paroisse joue un rôle essentiel, tant au niveau religieux que musical. Mais en dehors de cet événement, qui sait comment s’organisait la vie musicale de la paroisse et, au-delà de celle-ci, de la cité ?

Or, les archives de la ville révèlent une intense vie musicale, avec une organisation très précise des fêtes, des messes et des processions. Ainsi, au 18e siècle, la paroisse de Saint-Julien comptait une vingtaine de personnes chargées de son animation musicale : vicaires chantres, organiste, maître de musique, enfants de chœur, carillonneurs et sonneurs. Autant de personnes dont les archives conservent en partie les contrats, les salaires, les doléances ou d’autres documents qui nous permettent de comprendre le paysage sonore de la ville. Car les chantres et musiciens de la paroisse de Saint-Julien n’étaient pas confinés dans les murs de l’église. Lors des processions, qu’elles soient ordinaires comme certaines processions du Saint Sacrement, ou extraordinaires voire générales comme la procession de la fête de la dédicace – la ducasse –, les chantres et les enfants de chœur chantaient en rue. De plus, de nombreux événements, religieux ou civils, étaient annoncés et accompagnés par le carillon et par des sonneries de cloches qui imprégnaient alors toute la cité.

C’est de cet environnement sonore dont il sera question dans cette conférence, environnement fait de « musique », au sens strict du terme, mais aussi de signaux acoustiques et de bruits, autant d’événements sonores qui ponctuaient la vie des Athois sous l’ancien régime.

 

Publié dans Conférences

Les conférences de mars et d’avril

Samedi 18 mars 2017 : La procession d’Ath à la fin du Moyen Âge. Un théâtre en mouvement par Laurent Dubuisson, historien et conservateur de la Maison des Géants

La ducasse d’Ath est l‘héritière de l’ancienne procession qui est bien documentée à partir de 1399. Durant les 15e et 16e siècles, elle se présente sous la forme d’un « tour », dont le parcours ceinture la ville en partant de l’église Saint-Julien. A partir de 1415, des jeux processionnels sont attestés. Les histoires religieuses sont représentées sur un dispositif mobile, les esclides. De 1462 à 1550, vingt-huit jeux processionnels différents sont mentionnés, inspirés par des épisodes bibliques, la Légende dorée ou des récits épiques. L’exposé se propose d’analyser cette culture théâtrale en examinant le contexte dans lequel s’inscrit la procession. La question des auteurs de ces pièces ainsi que le recrutement des acteurs sont abordés.

Samedi 29 avril 2017 : Les architectures de terre crue en Hainaut. Un héritage méconnu. Un patrimoine en questions ! par Gérard Bavay, docteur en histoire.

Que peut-on construire avec de l’argile dans nos régions ? On connaît la technique du colombage, pans de bois habillés de torchis (qui est un mélange séché de paille et d’argile crue). Le pays des Collines en garde quelques témoins significatifs. Cette architecture est connue par les textes dès le 14e siècle au moins.

Mais connaît-on la bauge ? Cette technique qui permet de construire des habitations, des étables et des granges sans le moindre bout de bois (sauf évidemment pour la charpente).

Connaît-on l’adobe ? Cette brique de terre crue qui n’est pas nécessairement une brique qui n’aurait pas été cuite.

Et accessoirement pour notre propos, connaît-on le pisé ? Dont, pour l’instant, aucune trace n’a été identifiée dans le pays.

Les trois premières techniques sont représentées dans notre province et attestées par des documents anciens en même temps que par des traces archéologiques. Confrontés à des témoins présents à l’échelle des continents, ces usages amènent à poser des questions de fond sur le temps long des techniques constructives. Confronté au monde actuel, cet héritage amène enfin à poser la question d’une possible réactualisation.

 

Publié dans Conférences